Accéder au contenu principal

Sélection

Au nom de mes roses : Cosy Rose (Lebrun, 2017)

Il y a dans mon jardin le plus adorable des rosiers... un nuage de minuscules fleurs d'un ton rose pâle  qui s'éclaircit à mesure que les corolles s'épanouissent.

Ce rosier est une création de Jean-Lin Lebrun, de la pépinière Mela Rosa. Il a été officiellement baptisé en 2017, et a rejoint le jardin en novembre 2018. Je vous l'avais alors présenté dans un article, en compagnie de sa petite famille.

   Avec ses 30x50cm, 'Cosy Rose', puisque c'est son petit nom, est petit mais a tout d'un grand... un coussin dans lequel on se loverait bien ! Regardez-moi ces toutes petites fleurs... c'est bien trop mignon !

Comme mes autres Mela Rosa, il s'est montré tardif cette année. Les photos ont été prises à la mi-juillet, à l'apogée de sa première floraison... c'est-à-dire quand beaucoup de rosiers préparent leur remontée! Cela ne l'empêche pas lui-même de déjà préparer la sienne.

'Cosy Rose' est un tout-terrain, comme de nombreuses créations de Jean…

The Lost Gardens of Heligan (1/2)

Rendez-vous dans un jardin plein de mystères, direction The Lost Gardens of Heligan !
Il s'agit d'un des jardins britanniques les plus célèbres, et son histoire n'y est pas étrangère.

Les jardins furent créés dès le 18ème siècle mais furent malheureusement abandonnés à partir de la Première Guerre Mondiale quand les jardiniers partirent au front. Ils restèrent "oubliés" (dont leur nom!) jusqu'en 1990, date à laquelle ils furent redécouverts. La nature avait repris ses droits durant ces décennies, et les jardins de 400 hectares ont fait l'objet d'un énorme chantier de rénovation sur une bonne dizaine d'années.

Pour vous donner une idée de à quoi ressembler le jardin lors de sa redécouverte,
voilà une photo tirée de son site internet montrant l'orangerie.


Et pour vous donner une idée de l'étendue du jardin, 
et la répartition des différents espaces, voilà une carte éditée par Seasalt Cornwall.


Dans ce premier article, je vais me concentrer sur la partie haute du jardin.
Tout au nord, un chemin nous emmène à travers les fougères arborescentes,
pour rejoindre les vieux rhododendrons qui peuplent ce coin du jardin.


Les reines sont ici sans conteste les plantes d'ombre...


Des fougères, mais aussi de grands fuchsias poussent ici en nombre.


Une des parties les plus impressionnantes du jardin se trouve là, 
il s'agit des entrelacs formés par les rhododendrons sans doute (pluri)centenaires.


Une petite clairière met en scène quelques primevères japonaises.


Le chemin bifurque pour donner sur une grande étendue d'herbe...
et un passage secret !


On retrouve ensuite l'ombre des rhododendrons, quel spectacle!
Imaginez-moi ces géants en fleurs, que cela doit être beau...


Le chemin débouche sur une petite terrasse, en bordure des champs.


Au centre, trône un petit point d'eau avec sa jolie fontaine.


Et autour, de jolies fleurs s'épanouissent pour offrir quelques couleurs.


On repart à l'ombre des arbres, où poussent hydrangeas et fuchsias.



On arrive ensuite dans un coin que j'ai vraiment adoré,
avec un superbe effet donné par les belles graminées autour de cette allée.
Que de sublimes scènes !


Ci-dessous, vous pouvez voir l'orangerie, qui figure sur la première photo de l'article...
mais cette fois-ci entièrement rénovée et habitée 😊


L'orangerie marque l'entrée du Flower Garden, le jardin d'agrément.


Au fond, il y a un très beau mixed-border... on ne peut pas faire plus anglais 😉


Le violet marié à du orange ou du jaune semble très tendance, visiblement !


Un peu plus loin, une serre abrite diverses variétés de pélargoniums. 


Les feuillages sont à mon avis plus remarquables que les floraisons,
dont les couleurs sont un peu trop criardes à mon goût.


A la sortie de cette serre, un mignon petit rosier s'épanouit.


Au centre de cette zone du jardin, c'est le potager qui est roi.
Il est absolument immense, et présente autant des plantations de fruitiers,
que des plantations plus éphémères de légumes.



Entre les différents rangs, des fleurs viennent égayer le potager. Et quand ce ne sont pas les zinnias, ce sont les fleurs des haricots qui apportent des touches de couleurs.


Les jardins offrent des curiosités, comme un châssis permettant la culture d'ananas. Les plants sont dans des châssis semi-enterrés, qui sont chauffés à l'aide de fumier de cheval. Lorsque celui-ci se décompose, il produit la chaleur nécessaire à cette culture.


La visite de cette partie du jardin se termine par le retour à l'étendue d'herbe précédemment aperçue. On se rend ici compte de l’immensité des rhododendrons qui l'entourent. Leur floraison doit vraiment être majestueuse.


Avant de vous quitter, voilà un petit massif qui bordait le chemin,
tout en contraste et en douceur avec les cimicifugas et les alchémilles.


Bonne journée, et à bientôt pour la suite 😊

Commentaires

  1. Bonjour Claudine! Incroyaaaaaaaaaaable! (je n' ose pas mettre tous les " A" qui pourraient accompagner cette visite)!
    Quel lieu et quelles découvertes; comme nous sommes petits devant ces géants de feuillages et de troncs...ou de floraisons surdimensionnées à voir au bon moment!
    En France, nous avons encore cette habitude de tenir le potager un peu à l' écart, comme si finalement, c' était un peu moins beau, moins spectaculaire, moins "belle image", nous sommes vraiment dans l' erreur.
    Quoi de plus noble et beau qu' un potager? Idem pour les verger et autres cultures qui nourrissent l' humain?
    Merci pour cette gigantesque visite!!!
    Bises,
    Carole

    RépondreSupprimer
  2. ils sont forts ces anglais champion toute catégorie du jardin comme je les aime.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés